Communiqué du 13 février 2019

Chères Adhérentes, Chers Adhérents,

Vous êtes nombreux en ce début d’année à nous interroger sur les avancées du dossier ARISTOPHIL.

Il est vrai, et nous le déplorons, que les propriétaires ne sont plus informés par les organes officiels alors que ces derniers s’étaient engagés à le faire notamment lors de la dernière réunion datant d’octobre.

CPARTI a donc décidé d’agir, de façon ferme pour préserver vos intérêts.

                   

                            LES INDIVISONS
L’administrateur ne nous informe plus des ventes à venir.
Nous avons fait la demande afin que se tienne rapidement une réunion.
La vente BAUDELAIRE a démontré qu’il était possible de vendre autrement et sans refacturer aux indivisaires les frais de garde et conservation.

Cette vente a été unanimement félicitée par l’ensemble des acteurs du dossier et notamment l’administrateur.

Chaque propriétaire peut d’ailleurs comparer facilement la qualité des catalogues proposés lors de cette vente à ceux des autres ventes .

D’autres parts cette vente d’indivisions n’a fait l’objet d’aucun invendu : Zéro invendu.

Le produit de la cette vente sera versé à l’administrateur Me Hotte au plus tard fin de cette semaine (soit au plus tard le 16 février 2019) par 
OSENAT.
Nous demandons à Me Hotte de bien vouloir effectuer rapidement le versement qui vous est du.
Bien entendu, il ne s’agissait que d’une vente « étalon » que nous souhaitions reproduire avec les autres opérateurs de ventes impliqués dans le dossier.

Ce dernier mois, d’autres acteurs du dossier se sont (enfin) manifestés en constatant les mêmes violations queCPARTI dénonce depuis maintenant plus d’un an.

Les ventes ne peuvent plus s’effectuer ainsi, c’est une grave atteinte à l’intérêt de chaque indivisaire.

Si l’administrateur n’agit pas immédiatement pour faire respecter les protocoles signés avec son prestataire ilconviendra d’agir, tous ensemble, pour stopper les ventes.
S’agissant des opérations de tri de vos œuvres qui n’ont toujours pas été effectuées par le prestataire de services alors qu’elles ont été facturées au prix fort et face au mutisme l’administrateur (malgré nos derniers courriers recommandés que vous trouverez sur le site), CPARTI a directement écrit au Procureur de la république pour l’alerter.

 Nous lui avons également demandé d’être vigilant sur les refacturations largement abusives pratiquées par les différents prestataires dans ce dossier….

Pour rappel, il est primordial de procéder rapidement à un tri pour éviter que des œuvres « disparaissent » dans un processus de revente qui va s’étaler sur plusieurs années.

Rien que la première vente d’indivision entière a permis de constater la « disparition » d’œuvres majeures.

.Le problème était trop grave pour attendre une action de l’administrateur.

Si aucune solution concernant ce tri n’est proposée rapidement, nous saisirons directement la justice, notamment pour manquement grave de l’administrateur (il s’agit d’une mission essentielle de son prestataire de service).

                                LES AMADEUS

De très nombreuses œuvres sont encore bloquées chez Me AGUTTES.
C’est un fait qui ne peut plus durer.
Depuis maintenant 2 mois la liquidation, qui avait transmis une proposition de restitution des œuvres à son prestataire est incapable de trouver une solution car ce dernier refuse toute discussion.
De plus, il est parfaitement injuste de faire payer aux propriétaires des frais de garde et conservation calculés sur plus de 6 ans de garde et conservation.
Il ne fait aucun doute que Me AGUTTES n’a jamais eu la volonté, alors que c’était bien sa mission, de restituer vos œuvres.

Ne pouvant que constater l’inaction ou l’incapacité, fautive il faut le souligner, de la liquidation pour faire respecter vos droits, nous avons intenté une action en justice auprès du Juge commissaire.

En effet, cette situation ne peut plus durer et CPARTI met en place toutes les actions nécessaires à une solution rapide.

CPARTI a également écrit au procureur pour l’informer que la société Patrimoine Ecrit communique aux propriétaires AMADEUS qu’elle ne peut plus les rembourser.

Pour rappel, alors que la société, par l’intermédiaire de son Président, avait donné son accord à l’administrateur pour mettre un terme à sa mission, elle avait relancé quelque mois après l’ensemble des propriétaires ARISTOPHIL pour collecter indûment des sommes d’argent.
Pour CPARTI cette pratique s’apparente à une véritable escroquerie.
                              ACTIONS
Nous insistons sur le fait que nous nous battons pour l’ensemble des Indivisaires et des propriétaires AMADEUS, notamment ceux qui choisissent de garder leurs œuvres ou de les vendre de leur côté.

Comme vous l’avez compris,   CPARTI a cessé de compter sur les  « belles » déclarations d’intention faites par les différents organes de la procédure, qu’il s’agisse de la liquidation comme de l’administration provisoire de vos indivisions.

Il ne fait maintenant plus aucun doute que ces derniers se révèlent incapables de garantir et préserver vos intérêts. C’est pourquoi nous avons décidé d’agir directement en justice.

Bien entendu, nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’avancement de ces démarches.

Ces différentes actions, visant exclusivement à préserver vos intérêts, dérangent de nombreux acteurs du dossier qui souhaiteraient profiter de votre état de faiblesse pour s’accaparer vos œuvres ou procéder à des factures abusives.

CPARTI a fait le choix de ne « rien lâcher » et de rester parfaitement indépendante.
CPARTI, aujourd’hui encore plus qu’hier, compte sur votre soutient pour mener à bien ces actions.
Seules vos adhésions nous permettent d’influer dans ce dossier en justifiant notre légitimité.
 Bulletin d’adhésion ou ré adhesion 2019 ICI
CPARTI reste attentif à vos remarques et suggestions.

lIl n’est pas exclu, en fonction des réponses qui seront apportées à nos actions, de vous solliciter très prochainement directement pour organiser une action « collective ».

Nous vous préparons un modèle de courrier que vous pourrez envoyer, afin de faire valoir vos droits directement auprès des instances compétentes.

CPARTI n’exclut pas une « opération ou action coup de poing » sur Paris.

CPARTI reste motivé afin que 2019 soit une année avec des résultats et des réponses concrètes.

A trés bientot 

Trés cordialement
Le bureau
CPARTI
BP 90 002
54 601 VILLERS LES NANCY
WWW.C-PARTI.ORG
cparti@orange.fr

Laisser un commentaire